arbrepetitAprès avoir passé 2 nuits dans la maison d'Hipolita et de Don Juan à Nabusimake, nous attendîmes une bonne partie de la journée avant que le Mamo Jesus vint nous chercher. Il était accompagné de sa femme Adelina, de sa fille, de 2 chevaux et d'une mule.

Malgré leur arrivée, nous dûmes patienter encore longtemps, pendant que l'ensemble de la famille priait, réunie au pied d'un arbre sacré majestueux, censé protéger les animaux. Auparavant, le frère de Sara nous avait expliqué, que chacun de ces arbres séculaires (de la catégorie des Ceiba?) détenait un rôle spécifique. Un esprit bienfaiteur les habitait et tous étaient interconnectés. Nul n'abattait jamais leurs troncs dans la région, même pour en faire du feu, d'où leur taille impressionnante...

 

depart2Nous devions ce jour-là, nous enfoncer plus profondément sur les hauteurs de la Sierra Nevada, afin de nous diriger chez le Mamo Jesus sous une pluie battante. Souffrant toujours d'une grosse entorse survenue dans le désert tunisien au mois de janvier 11, la mule m'était destinée. Nous étions en effet sur le point d'entreprendre un treck de plus de 5 heures dans la jungle...

Ne parlant pour ainsi dire pas l'espagnol, Adelina marchait à côté de moi en silence. Pourtant force fut de constater qu'un dialogue d'un autre ordre commença à s'établir entre elle et moi: celui de l'âme. Je me sentis très rapidement proche de cette femme jeune et solide, déjà mère de plusieurs enfants. Elle était vêtue de son unique costume traditionnel et de ses multiples colliers de perles multicolores, malgré le froid, le vent et l'eau qui ne cessait de ruisseler abondamment sur nos corps.

 

 

depart1depart3depart4

depart5depart6depart7

C'est avec soulagement, que mes compagnons et moi-même virent se dessiner au loin, - et pour ainsi dire dans la nuit -, les contours de leur modeste habitation. Après avoir déposé nos affaires dans la chambre de leurs enfants où nous allions tous dormir, nous nous installâmes sous le porche pour boire un café et nous réchauffer.

Je remarquai que la cuisine se trouvait principalement à l'extérieur et que leur foyer ne jouissait pas de l'électricité. Seules des bougies nous éclairaient, ajoutant une note étrangement poétique à la situation. Une soupe, puis un repas délicieux nous furent servis, alors que nous discutions avec Jesus. Celui-ci nous confia non seulement son histoire au fil des jours qui allait suivre, mais aussi l'importance des lieux où nous nous trouvions, ainsi que celle de son rôle de gardien des pierres sacrées, des pétroglyphes environnants et d'un site spécial, le nombril du monde. Un site attenant à la maison, où nous allions participé à plusieurs cérémonies avec notre hôte. 

paysage

Nous nous nous retirâmes peu après discrètement dans notre chambre, afin de ne pas réveiller le reste de la famille déjà assoupie, dont la grand-mère endormie dans le salon. Nous devions nous lever tôt, vers 5h du matin, afin de célébrer le lever du soleil sur la pierre de «l'ombligo del mundo». 

nombril_du_monde

Le Mamo nous guida ensuite en direction d'un chute d'eau, dont l'existence semblait préservée des regards indiscrets en contrebas d'une colline abrupte. Je constatai que je devais demeurer à une distance respectueuse, lorsque Jesus nous conta un récit. L'histoire de trois hommes, sportifs et bien bâtis, qui s'y aventurèrent un jour, sans conscience et sans respect aucun quant à la signification profondément mystique de ce lieu hors du temps. L'un d'entre eux y plongea bruyamment, puis vit apparaître un énorme serpent, tel un gardien courroucé par sa présence. Terrifié, il était sur le point de se noyer dans moins d'un mètre d'eau, sous l'œil effaré et l'impuissance de ses comparses. Il en réchappa de justesse…

serpent

La puissance énergétique dégagée par cette cascade était telle, que je ne pouvais m'en approcher sans ressentir une intense oppression. Jesus nous invita à nous rassembler pour effectuer une cérémonie, notamment dans le but d aligner nos chakras. Celle-ci me fit le plus grand bien et m'apaisa. 

esprit_terreC'est alors qu'à ma grande surprise, je vis se dégager des flots abondants de la chute, un visage d'un autre monde, celui de la Mère Terre. Il s'agissait d'un esprit semblable à une roche triangulaire, munis de deux yeux perçants, mais emplis de compassion. Je le saluai et il m'accueillit avant de me confier un message. 
En cet instant, - et après l'avoir remercié -, je pus enfin m'approcher et me baigner dans l'eau glaciale, qui me rappelait les fraîches rivières de Supai dans le Grand Canyon en Arizona.

Nous jouissions jusqu'alors d'un climat plus clément que la veille. Après avoir gravi à nouveau la pente escarpée de la colline, et avoir repris le sentier rocailleux, bizarrement jonché d'énormes tarentules mortes, le mamo nous révéla deux pétroglyphes.

Il souhaitait nous amener plus avant vers un troisième site, lorsque de concert avec lui, je levai la tête vers le ciel. Sans un mot, nous rebroussâmes chemin rapidement. Des gouttes se mirent à tomber et nous pressâmes le pas. Bientôt, l'horizon s'obscurcit et une forte averse nous obligea à courir pour nous mettre à l'abri sous le porche. Manifestement, nous n'étions pas encore prêts pour rendre lui hommage...

aigle_royalBien que je puisse directement communiquer avec le Mamo, en revanche ce dernier avait vite réalisé que je le comprenais aisément. Il me parla longuement, le crépuscule nous enveloppant progressivement. Il aborda le thème de ma fonction et de ma mission. Selon lui, elles s'avéraient uniques et identiques. Il s'agissait ni plus ni moins de la voie de de l'aigle royal; l'une des plus solitaires, des plus laborieuses, mais aussi des plus nobles requérant bravoure et endurance.

Il ne faisait que confirmer ce qu'un de mes amis homme-médecine Navaho m'avait déjà dévoilé à la suite de la description d'un songe. Ce dernier m'avait accompagné au cours d'une initiation spéciale au Nouveau Mexique, dédiée à cet effet exactement un an auparavant. Je retenai mon souffle tant ce synchronisme m'émerveillait. Et ce malgré le sérieux et la discipline qu'exige un tel chemin et dont je ne suis pas toujours certaine d'être digne...

soleil«L’aigle est le symbole du courage et de la puissance. Grâce à sa vue perçante, il est le seul à pouvoir «regarder fixement la lumière d'Apollon» (Aristote). Dans de nombreuses mythologies (notamment asiatique et d’Amérique: chez les Indiens et les Aztèques), il se substitut même au Soleil. Au Japon, il a également un rapport avec le Soleil : le Kami (divinité) dont le messager et la monture est un aigle appelé aigle du soleil. En effet l’aigle ou « roi du ciel » représente souvent un lien entre la Terre et le Ciel, entre les hommes et les dieux. Il est donc le seul à pouvoir voir le Dieu Soleil en face et donc, de ce fait, il est atteint par la Lumière et la Connaissance Divine.» 

Nous avons eu par la suite une discussion très animée avec mes compagnons de route, sous l'œil intrigué du Mamo, au sujet des femmes, de la naissance et de l'aide médicale apportée en cas de nécessité vitale lors de cet évènement. Bien que je me trouvai entourée d'hommes, - et pour avoir moi-même traversé un accouchement ayant failli me coûter la vie -, je m'offusquai du point de vue machiste de la gente masculine occidentale qui, sans nul doute serait la première à réclamer la cessation immédiate de leur souffrance en pareille occasion!

 

fils_de_jesus

J'étais toutefois largement plus fascinée par l'un des fils de Jesus. Un petit bonhomme d'à peine 8 ou 10 ans qui nous dévoraient de ses larges yeux noirs, courant pieds nus et vêtu d'un simple t-shirt et d'un short, qu'il vente ou qu'il pleuve. Il me glissa le lendemain dans la main, juste avant notre départ, un large diamant synthétique, comme s'il m'offrait son cœur…

Avant d'aller nous coucher, je décidai d'acheter à Adelina une de ses magnifiques Mochilas et lui demandai respectueusement si elle accepterait d'échanger l'un de mes colliers contre l'un des siens. Elle me sourit, acquiesça de la tête et retourna dans sa chambre.

collier

 

 

 Elle me tendit la totalité de ses parures colorées. Chaque couleur renfermait une signification précise. J'optais pour un blanc. Ce qui sembla la satisfaire et qui apparemment faisait référence à l'élément eau. La simplicité et la beauté de cet échange reste à tout jamais gravé dans ma mémoire... 

Le lendemain après le petit déjeuner, un autre fils de Jesus nous lut un conte amusant dans sa langue natale, alors qu'il s'apprêtait à se rendre à l'école. Sa tenue impeccable contrastait considérablement avec celle de son frère cadet.

groupe

 

Enfin, après quelques photos de groupe avec quelques membres de la famille, il était temps de grimper dans le 4x4 de Jesus pour entreprendre notre descente vers Pueblo Bello.

Je me recueillis avec gratitude quelques minutes seulement sur la pierre des femmes, où le Mamo m'avait conseillé de méditer.

Puis je regardai droit devant moi pour me concentrer sur la suite de notre aventure, l'âme enrichit d'informations, de sensations et de bonheur...

 




(Les photos de Ka Ren sont © copyrights et interdites de reproduction.)

retour

Catégorie : BLOG