havasupaifestival1smallLes Gardiens Havasupai au Festival de Chiuduno en Italie… Lorsque j’ai parcouru ces quelques lignes dans le doux patio à ciel ouvert du Riad Itrane à Marrakesh sur mon écran, je n’en croyais pas mes yeux : « Karène, nous sommes en route pour l’Italie ! Seras-tu en mesure de nous y retrouver ? Il y aura ma fille Alexa, Dianna Sue, Fydel et sa femme (Paula). Nous serons là bas durant deux semaines. Nous serons en représentation dans différentes villes et nous chanterons et danserons. Nous devons atterrir à Milan mercredi matin. Peux-tu nous apporter des calendriers ou des photos que nous pourrions vendre ? Réponds-moi. »

 

havasupaifestival1

Les Gardiens Havasupai au Festival de Chiuduno en Italie… Lorsque j’ai parcouru ces quelques lignes dans le doux patio à ciel ouvert du Riad Itrane à Marrakesh sur mon écran, je n’en croyais pas mes yeux : « Karène, nous sommes en route pour l’Italie ! Seras-tu en mesure de nous y retrouver ? Il y aura ma fille Alexa, Dianna Sue, Fydel et sa femme (Paula). Nous serons là bas durant deux semaines. Nous serons en représentation dans différentes villes et nous chanterons et danserons. Nous devons atterrir à Milan mercredi matin. Peux-tu nous apporter des calendriers ou des photos que nous pourrions vendre ? Réponds-moi. »

Je ne devais être de retour à Genève que le 29 mai 10. Je lui répondis sur le champ, mais je n’obtins aucune nouvelle de sa part. Ce n’est qu’à partir de mardi soir, le 2 juin, que j’ai commencé mes recherches. Je n’avais pas la moindre idée de l’emplacement du Festival. Je réussis à joindre Carletta Tilousi qui me donna le N° de portable de Dianna Sue et l’adresse email d’Alexa. Mais toujours rien et sur le web aucune information à ce sujet.

De guerre lasse, je contactai mon amie Manuela, afin d’effectuer des recherches sur Internet en Italien. Elle trouva enfin des références au Festival de Chiuduno en Lombardie. Il s’agissait en l’occurrence du 10e Festival International de groupes autochtones et tribaux du monde.

Une première annonce datant de 2008 décrivait ce qui suit : « Tous les jours il y aura des chansons, des danses et des conférences sur certains peuples autochtones de la planète. Il y aura aussi des exposants de l'artisanat ethnique, des cases de village avec des minorités ethniques mongoles et des concerts de musique celtique. À l'intérieur se trouveront un grand restaurant avec une cuisine régionale, un bar et un restaurant d Amérique du Sud. »

Une deuxième expliquait : « Le Festival de Chiuduno, mieux connu sous l’appellation de Esprit de la planète, est un événement organisé par Chiquace Tonatiuh Sixième Soleil, qui présentera en direct des groupes ethniques du monde entier.

Comprendre, apprécier et préserver leurs cultures, souvent en danger d'extinction, constituent les éléments essentiels de cet événement. Celui-ci, qui compte maintenant dix éditions, est parrainé par la Région Lombardie, la Province de Milan et de Bergame, outre la Ville de Chiuduno.

Les protagonistes y sont nombreux, l'Esprit de la planète offre un certain nombre de groupes avec des spectacles gratuits et des banquets pour présenter leurs produits et leurs plats. De nombreuses conférences et des discussions approfondies seront proposées, pour mieux comprendre leurs cultures à travers une approche directe en vue d'apprécier et de les valoriser dans leur complète et fascinante diversité.

Le prospectus comportait un N° de téléphone. Manuela appela dès le lendemain matin et m’informa rapidement qu’elle avait réussi à communiquer avec Matthew. Ce dernier se réjouissait à l’idée de nous revoir. Plus tard dans l’après-midi, - alors que je me trouvais en séance -, je reçus un appel d’une femme qui tentait difficilement de s’exprimer en anglais. Je m’enquerrai de savoir si un Havasupai était à ses côtés. C’est avec joie que je reconnus la voix de Fydel ! « Viens-tu ? » s’exclama-t-il ? « Je vais faire mon possible », fut ma réponse.

prospectus1

En effet, je devais mener un séminaire ce week-end là. Quelques appels suffirent pour convaincre tout le monde de m’accompagner au Festival dès le vendredi soir et joindre l'utile à l'agréable. Nous voilà donc partis en convois pour arriver tard dans la nuit dans un petit hôtel, à 5km à peine de Chiuduno. Le matin même du départ, j’avais reçu un dernier coup de fil d’une autre Italienne de la part de Fydel. Je lui confirmai que je serais présente le lendemain en fin d’après-midi…

Le lendemain matin, c’est avec joie que je pris mon petit déjeuner au soleil avant de commencer mon cours dans le jardin. Je mentionnai les méfaits de l’attente et de l’expectative, qui en général se soldent par une déception, à l’opposé de la foi et de la gratitude à l’égard du moment présent. Tout ne vient-il pas à point nommé ?

havasupaifestival2

Notre petite troupe se dirigea vers le Festival. Le lieu prévu à cet effet s’avéra pour ainsi dire vide. Nous pouvions observer au loin des tipis dressés, ainsi qu’un restaurant péruvien qui préparait les nombreux repas pour le soir. En revanche, aucune trace des Havasupai…

Je m’amusai de la mine dépitée de mes élèves, alors que nous dégustions la chicha ou ak’a en quechua, une boisson andine à base de maïs. Ils ne nous restaient plus qu’à faire marche arrière, puisque les Gardiens étaient partis faire un tour en bateau sur un lac voisin et ne devaient être de retour qu’une ou deux heures plus tard.

Nous en profitâmes pour nous ravitailler, car la soirée risquait d’être longue. Ma voiture se trouvait en tête de peloton avec le GPS. Je voulais me rendre au centre ville. Malgré les indications de ce dernier, je tournai trop tôt sur la droite, préférant suivre mon intuition plutôt que les indications de la machine. 5 minutes après, nous étions… au centre, devant la terrasse d’un petit restaurant, contenant suffisamment de chaises pour tous nous accueillir !

havasupaifestival3

Ce n’est que vers 17h que nous retournâmes sur les lieux. Je me dirigeai droit vers le restaurant couvert. Je n’avais pourtant aucune idée de l’endroit où se trouvaient mes amis Natifs, lorsque parvenue devant l’entrée, Dianna Sue fit irruption. Elle me prit dans ses bras en déclarant : « Je sentais qu’il fallait que je sorte… » On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux…

havasupaifestival4

Matthew était assis à l’intérieur et conversait avec un homme issu de la tribu des Lakota, Dakota, Nakoda : Bob Red Elk. La fille de Matthew, Alexa, se trouvait également à côté de lui. Il me salua chaleureusement et serra la main de tous mes compagnons de route, les conviant à prendre place autour de la grande table. Je lui montrai les quelques 80 photos que j’avais tirées à la hâte la veille, afin qu’ils puissent les vendre et récolter quelques fonds.

C’est alors que Fydel surgit. Je vis immédiatement à sa mine, qu’il était partagé entre la satisfaction de me revoir et l’incompréhension. Depuis la réunion de Red Butte en juillet 2009, j’étais moi-même contrariée par plusieurs malentendus survenus sur les lieux. Puis par la suite, je fus blessée par l'abus de ma générosité - et apparemment la diffamation mensongère à mon encontre - d’un de leurs membres que je considérais comme un ami, Supai Waters. Nous nous étions pourtant soutenus mutuellement durant plus de 3 ans, lui en tant que conseiller des Gardiens et moi, sur un plan financier, pratique et spirituel. Un différent qui finit par se résoudre lors de ma dernière visite à Supai en 2010...

havasupaifestival5

Bientôt, chacun fut absorbé par les photos et tous décidèrent de les partager. J’en profitai pour dialoguer avec Bob Red Elk, qui m’informa qu’il travaillait avec une organisation qui préparait un Pow Wow à la fin du mois en France. 

J’appris que les Gardiens avaient déjà effectué leur performance sur scène, le mercredi 2 Juin, et qu’a priori ils ne danseraient, ni ne chanteraient plus avant la fin du Festival. Peu m’importait, du moment que je pouvais passer quelques heures avec eux. En revanche, toujours aux prises avec leurs attentes, mes élèves dissimulaient difficilement leur désappointement !

prospectus2

Je pris le parti de m’écarter de la foule, afin de nous rendre au fond du parc et récolter leurs premières impressions sur cette rencontre. Depuis le temps que je leur parlais de mes amis Natifs, - à l’exception des quelques rares qui avaient eux la chance de se rendre avec moi au Grand Canyon à Supai -, chacun semblait à la fois ébahis et subjugués. De toute évidence, ils avaient de la peine à y croire… Les Havasupai en Italie !

Le spectacle du soir ne devant débuter que vers 21h, nous décidâmes de flâner un peu à la découverte des diverses échoppes et stands dressés ici et là pour l’occasion. Il y en avait de toutes sortes et de tous pays.

Alors que je franchis la porte du hangar principal, muni d’un bâton de pluie aborigène que l’on venait de m’offrir, une conque tibétaine semblait m’attendait, ainsi qu'1 Mâlâ ou Mala, un chapelet bouddhiste, un cadeau pour Dianna Sue. La conque blanche dextrogyre (sk. sankha, tib. dundkar) désigne la trompe des héros dans la littérature indienne épique. La conque Panchajanya « qui contrôle les cinq sortes d’êtres » est l’un des attributs de Vishnu. Dans le bouddhisme, elle représente la voix du Bouddha et son enseignement.

havasupaifestival6

Après avoir fait le tour des différents marchands, nous étions bientôt tous installés sur des chaises disposées par centaines devant la scène. Le spectacle n’allait pas tarder. Au programme : Binari De Dulsori, des danses et chants traditionnels de Corée du Sud. Binari signifie littéralement toute forme d’actions liées à l’espoir et à la prière, afin de dissiper les malheurs, les souffrances, les maladies, les angoisses, les inquiétudes et appeler la joie, le bonheur, l’encouragement, l’espoir et la vie. Pour ainsi dire, l’esprit que je tentais d’insuffler aux Gardiens !

 

Binari De Dulsori

Cliquez l'image pour voir la vidéo...

 

Matthew m’avait rejoint et nous fîmes le point sur notre projet commun : la création de leur Centre et celle du livre de photos, censé financer en grande partie ce dernier. Le livre est prêt depuis 2009, mais doit encore être complètement réédité dans un format plus petit. Un gros travail bénévole de ma part !

Je me levai un moment, pour partir à la recherche de Dianna Sue. Après l’avoir trouvée et avoir également échangé quelques mots avec elle, elle accepta de me suivre pour s'asseoir à côté de Matthew.

havasupaifestival7

La veille de l’inondation majeure qui entraina une évacuation générale de Supai, le 17 août 2008, Dianna Sue m’avait invité à assister à un mariage qu'elle administrait au pied d'Havasu Falls. J'avais de nombreux clichés de cet événement et lui proposai d'en faire un livre ou un album. Cette perspective l'enthousiasma.

havasupaifestival8

Le spectacle commença, lorsque j’appris que Fydel avait dressé un stand au fond d’un couloir dans un vacarme assurdissant, sur lequel étaient disposées les photos que j’avais apporté. Après avoir revêtu le costume traditionnel des Gardiens, il chantait seul et courageusement dans l’indifférence générale. Je percevais à la fois sa peine et sa colère, qui m’affectèrent profondément.

Fydel

Cliquez l'image pour voir la vidéo...

 

Sur sa droite dans une pièce minuscule, un groupe Incas (ou plutôt Aztèques étant donné leur costumes traditionnels?) donnait également une représentation, suivie d'une bénédiction.

Incas

Cliquez l'image pour voir la vidéo...

 

Je mentionnai la tentative de Fydel à Matthew et Dianna, leur suggérant d’essayer d’obtenir le lendemain l’autorisation de se reproduire à l’extérieur. Je leur proposai de documenter leur performance pour en faire un DVD, dont les bénéfices serviraient au projet du centre et de les soutenir durant la vente de leurs photos. Fydel me rejoignit plus tard, dépité et négatif. Mon rôle auprès des Havasupai consiste souvent et humblement à leur insuffler un peu de ma volonté et de ma capacité de rassemblement. Il ne devait pas perdre espoir…

En effet, le jour suivant - dernière journée du Festival -, nous reprîmes la route quelque peu encombrée, pour arriver plus tard que prévu à Chiuduno en raison du trafic. Malgré l’affluence de badauds, j’entendis rapidement le chant de mes amis et je suivis le son pour parvenir jusqu’à eux. J’étais si heureuse et si fière. Mon souhait de la veille était exaucé. Ils s’étaient mis d’accord pour manifester une représentation magnifique et improvisée, qui n’avait pas été programmée originellement!

havasupaifestival9

Muni de son tambour, Matthew avait déjà commencé à entonner les refrains de leur musique sacrée. Ils étaient prêts et n’attendaient apparemment plus que moi, ainsi que notre caméra pour débuter les danses. Deux tables avaient été dressées pour la vente des photos. Manuela s’y installa rapidement pour fournir des informations en italien sur leur culture et sur leur peuple. Les gens se rapprochèrent, pendant que les Gardiens entrèrent en scène, guidés par la voix et le rythme de Dianna Sue. D’ordinaire 8 (4 hommes et 4 femmes), Ils n’avaient beau être que 4 danseurs pour cette occasion, le résultat fut noble et touchant.

havasupaifestival10

Au moment d’inviter les gens à entrer dans le cercle pour la "social danse" (la danse sociale), Fydel me fit signe de le rejoindre et d’appeler 16 autres personnes. Il faut dire que l’espace leur étant attribué ne laissait guère l’option d’un rassemblement plus vaste !

havasupaifestival11

Les chants et les danses se succédèrent, pendant que Matthew nous fit l’honneur d’entonner des airs plus anciens et inédits, comme le chant de l’aigle.

havasupaifestival12

Curieusement, c’est à ce moment précis qu’un couple s’approcha. L’homme s’adressa à moi en italien et bien que je puisse le comprendre, j’étais dans l’incapacité totale de lui répondre. Il faisait référence à la prophétie de l’Aigle et du Condor. Il semblait détenir une plume de chaque animal sacré et voulait savoir comment les disposer adéquatement. Grâce à l’un de mes compagnons de voyage, Mauro me servant d’interprète, je pus finalement le renseigner.

Les Gardiens semblaient très heureux. En m’entretenant avec chacun, nous avions réaffirmé notre objectif initial commun: la création du Centre culturel et de guérison à Supai et la publication d’un livre pour le financer. Peu importe les obstacles, les mauvaises langues ou les esprits déviés qui chercheraient à se dresser devant nous !

havasupaifestival13Pendant ce temps, Manuela poursuivait la vente, alors qu’Alexa s’occupait de la table de son père. Je la sentais un peu démunie face à ces étrangers dont elle ne comprenait pas la langue. Je m’approchai d’elle pour lui offrir un collier que j’avais confectionné à son attention avec une obsidienne bleue, semblable à la couleur de l’eau de Supai. Je fis plus tard quelques recherches. Certains disent que cette pierre n’existe pas à l’état naturel et d’autres affirment que si. Quoiqu’il en soit, elle favoriserait le voyage astral, faciliterait la divination, intensifierait la télépathie, activerait le chakra de la gorge et soutiendrait la communication…

En discutant avec Dianna Sue à l’ombre d’un arbre, elle m’expliqua que son rôle consistait essentiellement à bénir les gens selon les traditions ancestrales de son peuple. Je lui demandai si elle accepterait de nous faire l’honneur d’effectuer une cérémonie de ce type. Elle aquiesça. Nous formâmes un nouveau cercle et quelques personnes extérieures se joignirent également à nous. Diana se plaça au centre. Elle passa devant chacun, traçant un symbole à la droite de notre poitrine. L’émotion était forte, perceptible et le moment simple et beau.

havasupaifestival15

Il était bientôt près de 20h. Il était temps pour nous de nous retirer, alors que nous venions de déplacer les deux tables à l’intérieur du hangar principal. Après une collation légère, nous saluâmes mes amis Havasupai avant de reprendre, silencieux, le chemin de la Suisse…


attention2Les textes, photographies et vidéos de Ka Ren sont des copyrights © du site www.oneheartinaction.org, des Gardiens Havasupai et de l'Association One Heart in Action. Toutes tentatives de reproduction ou d'utilisation sans autorisation par des tiers pourront entraîner des poursuites juridiques. 
 

 

 

 Pour voir l'album photos, aller dans la rubrique Galeries.
Vous pouvez acheter le DVD sur notre site! Merci pour eux!

​ 

Catégorie : BLOG